Les lois de l'attraction Bret Eason Ellis

Les lois de l’attraction de Bret Easton Ellis

Les lois de l’attraction est un livre écrit par Bret Easton Ellis. On y retrouve trois personnages principaux : Sean, Lauren et Paul. Ils sont étudiants et vivent sur le campus universitaire de Camden. Sean, le beau mec va tomber amoureux de Lauren, qui elle est enceinte de Victor, parti en Europe et qui se fiche totalement de Lauren, et enfin Paul, le bourgeois gay qui est intéressé par Sean. Un journal de bord qui nous montrera les sentiments et la vision chaotique de chacun à travers le Sex, drog & Rock’n Roll.

Paru en 1987, Les lois de l’attraction est le deuxième roman de Bret Easton Ellis.

Qu’en disent les lecteurs ?

  • Sur Goodreads (version US), de nombreux avis sont partagés. Les lois de l’attraction obtient une note de 3,7 étoiles sur 5, où les commentaires se rejoignent souvent : sensation de se retrouver dans ce livre, d’avoir vécu des épisodes similaires à l’université. Pour les autres, il y a une forme de dégoût pour ces personnages dépressifs et haïssables.
  • Sur Babelio, nous retrouvons la même émulation avec une note de 3,6/5. Les internautes citent beaucoup de passages marquants, ils décrivent le résumé du livre et on arrive à dénicher quelques avis explicites sur l’oeuvre : Bret Easton Ellis est spécial (dans le sens positif), le style du journal a été très apprécié. D’autres vont souligner le style monotone et surtout la noirceur de ce roman.

Mon avis sur Les lois de l’attraction – Note 4/5

Je lis rarement les romans dans l’ordre habituel ainsi, j’étais plongée juste avant dans Luna Park. A la différence de son sixième roman, Les lois de l’attraction nous projette sur un campus américain dans les années 80. Si Bret Easton Ellis ne nous le rappelait pas souvent, on en oublierait que ces trois protagonistes sont étudiants. Ils passent tout leur temps sauf en cours. Ils apprécient la musique, l’alcool, la drogue, le sexe, les soirées plus qu’arrosées, la conquête d’une nouvelle aventure, les discussions pour savoir si telle ou telle personne est intéressée par eux et surtout l’argent, qui leur apporte toute cette richesse de pouvoir vivre leur vie de manière défaitiste.

Un journal de bord, trois personnages différents

Bret Easton Ellis traite ce roman sous forme de journal de bord où chacun à leur tour, Sean, Lauren et Paul vont expliquer leur vision de l’instant, de leurs sentiments, de leurs envies. Ils ont des univers différents. Cependant, ils sont perdus tous les trois, totalement perdus. La drogue n’arrange rien, elle leur brouille la vision, l’amour n’arrange rien, il brouille davantage leur vision.

On aime le lire

On se laisse aller dans cette écriture fluide, dans ce langage de jeunes riches nonchalants dont les pensées sont brouillées par les drogues et l’alcool et dont les mots sont parfois violents. Ils parlent d’une manière monotone de scène de viol, de prise de drogues et de leurs effets. On est dans une autre réalité, une réalité qu’on aurait jamais imaginé y être tellement elle nous dépasse. On aime se projeter dans ces personnages sans en avoir les effets collatéraux. On s’imagine à travers eux et on ne regrette pas de ne pas être ainsi, de ne pas faire partie de ce milieu où ces étudiants sont perdus et dont les parents ne se soucient que très peu du bien-être de leur progéniture. Comment ne pas reproduire ces schémas esthétique et de fausseté à partir du moment où le modèle à suivre a été biaisé.

Ils se cherchent

Ils cherchent leur marque à travers ces dépendances mais finalement ils n’arrivent pas à être heureux ainsi. Ils continuent de chercher mais sont blasés de la vie, on le sent dans leur manière de parler. Ils subissent la vie en se disant qu’avec de la drogue ou du sexe ça ira mieux. Ils sont anesthésiés de leur vie et avancent machinalement.

 

Lire Les lois de l’attraction, c’est découvrir une jeunesse dorée américaine perdue, désespérée et déconnectée de la réalité et de leur réalité. Précaution : certains passages peuvent être violents.

Bret Easton Ellis
Crédit photo : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bret_Easton_Ellis#/media/File:Ellis.jpg

A savoir sur Bret Easton Ellis

  • Auteur préféré – Flaubert avec Madame Bovary et L’Education sentimentale
  • Terme qualifié (à l’époque) – L’enfant terrible
  • Luna Park – Une autofiction selon B.E.E.
  • J.D. Salinger – Un tweet déplacé pour sa mort. Une question qui se posait : promo de son livre ?
  • Glamorama – Un clin d’oeil  à l’écrivain Robert Ludlum

Pour retrouver la photo, c’est sur Un Livre, Un Café