le parrain mario puzo petit dejeuner

Mario Puzo est connu pour avoir écrit Le Parrain et participé au scénario du film éponyme. Egalement, il est possible de lire une autre de ses œuvres, Le Sang des Borgia, une famille de la Renaissance Italienne.

Avant de commencer à discuter des Borgia et des Corleone, je vous propose d’en connaître davantage sur Mario Puzo et ses inspirations afin de mieux comprendre ses livres.

Mario Puzo et l’Italie

L’Italie au cœur de ses romans

Ses origines

Mario Puzo est un écrivain américain, mais possède des origines italiennes et plus précisément napolitaines.

Il est le fils d’immigrants napolitains, qui sont venus s’installer à New York. C’est à Manhattan, dans le quartier de Hell’s Kitchen (à l’ouest, en-dessous de Central Park) que Mario Puzo a grandi.

Mario Puzo portrait
Mario Puzo, photo prise par Evan Kafka on May 24, 1996

L’Italie dans ses livres

Cet écrivain et scénariste américain a écrit des œuvres en lien avec ses origines : l’Italie et la Sicile, où il met en exergue des immigrants ou des enfants d’origine italienne ou sicilienne.

Dans les deux livres dont j’aimerai vous parler, Mario Puzo nous situe dans deux villes de l’Italie:

Le Parrain (The Godfather), qui est une fiction :
Famille d’immigrants siciliens, qui vient de la ville Corleone, située à 2/3h de car de Parleme.
La famille Corleone est installée à New York.

village corleone sicile
Vue sur le village de Corleone en Sicile. Crédit photo : Auria.fr

Le sang des Borgia (The Family), basé sur une famille qui a existé :
Famille d’immigrants espagnols, du royaume de Valence. Ils viennent de la ville de Xàtiva, située à 1H de voiture de Valencia.
C’est à Rome, la ville éternelle, que les Borgia sont venus, entre autre, s’installer.

Rome Vatican
Vue sur le Vatican à Rome Crédit photo : Auria.fr

L’anecdote sur le livre des Borgia

Mario Puzo était fasciné par la famille Borgia, par leur univers. Il est dit qu’il pouvait parler à longueur de journée de la famille Borgia. Il avait toujours un élément ou une histoire à raconter sur cette famille.

D’ailleurs, il avait toujours eu en tête d’écrire un livre sur les Borgia. Pour des raisons qui le concernent (surement, parce qu’il ne trouvait pas la trame), il repoussa sans cesse la création de ce roman. Sa femme, Carol Gino qui l’écoutait parler de cette famille de la Renaissance Italienne, le poussa à écrire sur le papier ce livre. Quelques semaines avant sa mort, Mario Puzo sortit de son bureau un manuscrit entier. C’était l’histoire de la famille Borgia. Son ami fit publier, post mortem, cette oeuvre.

Michael Corleone et César Borgia : deux hommes intelligents et fiers

Entre Michael Corleone et César Borgia plusieurs corrélations peuvent être soulignées. Il y a d’abord leur personnalité.

cesar borgia michael corleone jeune
Portrait de César Borgia et Michael Corleone dans le Parrain

L’intelligence

L’un comme l’autre, Michael et César sont malins. Ils sont dotés d’une certaine intelligence, qui leur permet de faire avancer leurs pions et d’obtenir ce qu’ils souhaitent.

En effet, quand Michael souhaitera venger sa famille. Il saura tirer les bonnes ficelles, aura plusieurs coups d’avance, devinera qui sont les traîtres, échafauda un plan pour les assassiner sans aucune pitié.

Quant à César, il souhaitera obtenir des terres. Dans sa conquête pour la Romagne : César sera un allié du roi de France, Louis XII. Dans la conquête du cœur des citoyens des villes conquises, il se montrera en protecteur après avoir demandé à ce (volontairement ?) Ramiro de Lorca soit tué sur la publique. Ce terrible gouverneur avait instauré une politique bien trop sévère dans la ville de Césène.

Comme nous venons de le comprendre, Michael Corleone et César Borgia ont des traits en commun : de fins stratèges, n’ayant aucune pitié et qui n’hésiteront pas à s’allier ou à se défaire des personnes.

L’hubris

L’hubris c’est cette rage de vengeance, si violente, qu’elle peut aveugler celui ou celle qui la possède. Ce terme très connu dans la mythologie était un trait que les dieux grecs abhorraient. Achille fut l’un de ces êtres à s’être laissé dominé par l’hubris.

Chez Michael comme chez César, la vengeance et l’honneur coulent dans leurs veines. Un trait qui vient peut-être de leurs origines ?

Il se pourrait que C. Borgia maîtrisait moins sa colère en public (en dehors du cercle familial), comparé à M. Corleone. Cependant, la rage de se venger et de tout anéantir étaient bien un trait en commun.

Ainsi, Michael Corleone demandera à faire tuer toutes les personnes :
– qui ont été contre la famille Corleone,
– ceux qui auront tué son frère,
– ceux qui auront tenté d’assassiner son père,
– celui qui aura maltraité sa soeur,
– ceux qui ont cru que les Corleone étaient des pantins
La famille Corleone devait montrer qui était celui qui tirait réellement les ficelles.

cesare borgia michael corleone film
Cesare Borgia dans la série Borgia et Michael Corleone dans le Parrain 2

Nous avons déjà parlé de la rage sanguinaire de César, mais je vous présente un autre exemple de son hubris.
L’un des serviteurs du pape, Alexandre VI, a cru pouvoir prendre le cœur de Lucrèce Borgia et l’a mise en enceinte. Dans une colère extrême, César va poursuivre ce serviteur dans le Vatican jusqu’à la salle, où le pape tenait audience. Il est dit que son père, Rodrigo Borgia, verra sa tenue tachée du sang de son serviteur, tué à l’arme blanche par le Valentinois (César).

Composition, rôles et drame dans la famille

La composition de la famille

Tout d’abord, rappelons que la famille Borgia a existé et que celle des Corleone est une fiction.

Les Borgia étaient composés de 4 enfants avec :
– Rodrigo Borgia, le père et le pape Alexandre VI.
– Vannozza Cattanei, la mère et la maîtresse de Rodrigo
– César, le fil aîné.
– Juan / Giovanni, le cadet.
– Lucrèce Borgia, l’unique fille.
– Geoffroi, le fils benjamin.

Les Corleone sont composés de 4 enfants avec :
– Vito Corleone, le père et le Parrain.
– Santino ou Sonny, le frère aîné.
– Fredo, le cadet.
– Michael ou Mike, le fils benjamin.
– Constanzia ou Connie, l’unique fille.

Rodrigo Borgia Vito Corleone
Rodrigo Borgia, Pape Alexandre VI et Vito Corleone

Rodrigo Borgia et Vito Corleone ont tous les deux atteint des postes élevés : l’un pour la religion, l’autre pour la mafia. Ils sont amoraux, défendent ce qu’ils ont créé et sont prêts à tout pour protéger leur empire et leur famille. Leur objectif est de passer la main du rôle de Pape / chef de la famille à leur fils aîné.

Pour le Valentinois, Rodrigo voulait qu’il se consacre à un poste prestigieux, pape. Tout comme Vito pour Mike, qui désirait que son fils devienne le futur parrain ou sénateur. Ces pères souhaitaient que leur famille continue à s’élever.

Toutefois, l’un comme l’autre ne le désirait pas. César voulait devenir chef de l’armée pontificale, un métier que Juan exercerait. Bien qu’à l’origine il se désintéressa du métier de son père, Mike était destiné à devenir le parrain, un métier que Sonny apprenait.

Ces deux hommes voulaient des professions, certes moins nobles, mais plus dans l’action, dans la guerre, dans le jeu. Ils obtinrent ces postes, après la mort de leur frère.

Mort de leur frère : Juan et Sonny

La mort de leur frère fut un point déterminant dans leur carrière. En effet, comme nous venons de le voir César et Michael ont pu obtenir un poste à la hauteur de leurs compétences et de leurs ambitions.

Juan Borgia Sonny Corleone
Juan Borgia (série Borgia) et Sonny Corleone

Juan, le petit frère de César, fut poignardé et jeté dans le Tibre après un dîner passé avec sa famille chez sa mère, Vannozza. César fut suspecté d’avoir prémédité ce meurtre.

Sonny, le grand frère de Michael, fut fusillé à un péage alors qu’il se rendait chez sa sœur pour défendre son honneur. Mike tuera le mari de sa sœur en guise de vengeance.

Les sœurs : Lucrèce et Connie

Lucrèce Borgia et Connie Corleone représentent la figure féminine de la fratrie de 3 frères. Elles sont nées parmi les derniers enfants de chacune des deux familles.

Lucrece Borgia Connie Corleone
Lucrèce Borgia et Connie Corleone

Des maris assassinés

Le premier mari de Lucrèce fut épargné par le sanguinaire César. Toutefois, le deuxième époux de Lucrezia, Alphone d’Aragon, connaîtra la mort de l’homme de main de César. Il était dit qu’il prémédité un complot contre les Borgia et un meurtre contre le Valentinois.

Le premier mari de Connie fut assassiné par l’un des hommes de Mike. Lui aussi avait comploté contre les Corleone. Egalement, tout comme Lucrèce, sous l’ordre du frère, ils éloigneront les femmes lors du moment du meurtre de leur mari.

Elles aimeront et abhorreront à la fois leur frère de ces meurtres, de tous les crimes qui existent autour d’elles.

Des jeunes femmes aimant la vie à l’état de femme pieuse

Dès le début de l’histoire, elles sont des femmes qui aiment la vie, qui aiment tester et provoquer. Elles savent trouver en leur grand frère, la protection nécessaire. Ces frères, César, Sonny et Mike seront là pour la leur donner et veiller intensément sur leur sœur.

Plus elles vieilliront, plus elles se rapprocheront de dieu. Cela est vrai pour Connie, dans le troisième film Le Parrain.

Les Borgia, des mafieux ?

Les Corleone, c’est la mafia italo-américaine par excellence. Un miroir des Borgia ? Il se pourrait…

Mafia Corleone FIlm Le Parrain
Scène du film Le Parrain : Michael et Vito Corleone

Il porte tout à croire que les Borgia (mais aussi les Colonna, les Della Rovere, les Orsini…) pouvaient définir les prémices de la mafia. En effet, ils imposaient leur loi face à une société qui ne rendait pas justice correctement ou à leur manière. Ils tuaient sans scrupules les personnes bloquant le chemin de César et Rodrigo. Ils créaient des alliances, puis s’en défaisaient quand il était temps. Ils faisaient trembler les nobles, les cardinaux et ceux qui les entouraient. Ils étaient les chefs d’une famille et les chefs d’une armée ou d’une religion.

anti mafia museum corleone
The Anti-Mafia Museum of Corleone, Sicilia. Crédit photo : Auria.fr

Bien entendu, la notion de mafia peut aller plus loin en termes de descriptions et de notions : les petites mains qui allaient tuer, comment ils récupéraient de l’argent pour s’agrandir, le fait qu’ils imposaient leur loi et leur justice…

Il est également à noter que Mario Puzo pensait que les papes étaient les premiers Don, et que Alexandre VI (Rodrigo Borgia) a été le plus grand Don.

Rise of power and weatlth.

Laisser un commentaire